Arnaque amoureuse: reportage « Tout peut changer »


Arnaque amoureuse, phishing, arnaque à la webcam, escroquerie sur Internet - reportage Tout peut changer de France 3

Arnaque amoureuse, phishing, arnaque à la webcam, escroquerie sur Internet – reportage Tout peut changer de France 3

Arnaque amoureuse: reportage « Tout peut changer »

Phishing, arnaque amoureuse, cyberharcèlement, fuites de données personnelles, atteinte à la réputation… France 3 a passé en revue, dans son émission « Tout peut changer », ces formes de cybercriminalité émergentes qui impactent de manière croissante nos concitoyens.

D’une manière générale, ce reportage à le mérite de participer à la sensibilisation des français sur ces thématiques, tout en évitant l’écueil d’autres émissions de télévision qui dépeignent parfois de façon trop caricaturale la situation.

Avant de vous laisser juger par vous-même de la qualité du reportage, qu’en a-t-on pensé chez Internet Bodyguard ?

Parmi les points positifs, notons la présence d’experts des questions relatives à la cybercriminalité, dont la valeur ajoutée était une réelle plus-value:

  • Justine Atlan, directrice de l’association E-Enfance, a notamment utilisé un langage de vérité pour évoquer cette nouvelle tendance qu’est l’arnaque à la webcam. Sans son intervention, le reportage n’aurait pas abordé ce phénomène majeur de l’arnaque amoureuse qui frappe une proportion sans cesse croissante de jeunes adultes et adolescents
  • Eric Filiol, expert en cybercriminalité et cryptologie, issu du monde de la défense, qui a su au travers de ses interventions mettre en lumière le fait que les entreprises sont elles aussi victimes de ces formes de cybercriminalité
  • Damien Bancal, journaliste spécialisé sur les nouvelles technologies et fondateur du site zataz.com, qui comme à son habitude, ne pratique pas la langue de bois et démonte certaines croyances
  • Et enfin, Me Gérard Haas, avocat spécialisé dans le droit du net

Du côté des scénarios d’arnaques amoureuses présentés, le reportage manque son objectif: les exemples sont quelque peu datés et simplistes

Quelques points à améliorer toutefois:

  • Certains cas de fraude choisis comme exemples dans le reportage ou parmi les témoignages d’experts sont quelque peu datés et n’illustrent donc aucunement les récentes innovations en matière de cybercriminalité. Le cas d’arnaque à la nigériane présenté par Me Gérard Hass, à la 41ème minute du reportage, est caricatural et est de moins en moins utilisé par les fraudeurs. Son impact est aujourd’hui négligeable
  • Contrairement à ce que le reportage laisse supposer, la Côte-d’Ivoire n’est plus le seul pays à pratiquer en masse les arnaques amoureuses (plus d’informations ici)
  • Eric Filiol évoque les réseaux d’Europe centrale et de l’est sans préciser que ceux-ci sont spécialisés dans les arnaques bancaires (phishing et diffusion de virus bancaires). A l’heure actuelle, la quasi totalité des arnaques amoureuses sont, elles, originaires d’Afrique de l’ouest ou du Maghreb
  • Contrairement à l’affirmation de Justine Atlan, les femmes sont tout autant si ce n’est plus visées par les escrocs et victimes des arnaques amoureuses
  • La fin de la première partie du reportage évoque l’existence de sociétés spécialisées dans l’ « e-reputation », qui utilisent des techniques de « noyage » du contenu afin de protéger la réputation de leurs clients. Si cette technique est à l’heure actuelle la seule efficace pour faire « disparaître » des liens Google dénigrants, la donne pourrait rapidement changer dans les mois à venir suite à la décision de la Cours de justice Européenne de contraindre Google à supprimer du contenu sur demande des particuliers. Cette décision ouvre en effet la voie à un futur droit à l’oubli, cheval de bataille de l’Union Européenne contre Google depuis des années (plus d’informations ici)

Pour visionner ce reportage, cliquez-ici

 

Victime ou témoin d’arnaque sentimentale ?