Arnaque sur Internet: la police refuse les plaintes


 

arnaque sur internet police

Arnaque sur Internet: la police refuse les plaintes

Vous êtes victime d’une arnaque sur Internet ou d’un piratage de votre compte bancaire! Passés les premiers instants d’effroi où vous constatez que vos économies d’une vie ont été transférées en Côte-d’Ivoire ou au Nigeria et que vos livrets d’épargne et comptes courants sont tous dans le rouge, vous prenez le téléphone et contactez, d’une voix fébrile, votre banquier.

Vous obtenez ainsi de votre banque qu’elle bloque au plus vite votre compte, vous croisez les doigts pour que les sommes volées vous soient intégralement remboursées. A la fois surpris et soulagé, vous apprenez que vous n’êtes pas seul dans ce cas et que des centaines de milliers de français ont été victime d’arnaque sur Internet par le passé… Votre banquier vous rassure alors en vous informant que les « procédures habituelles » sont déjà en cours et que vous ne finirez pas le mois à la rue. Avant de procéder à l’envoi d’une nouvelle carte bancaire, votre banquier vous demande de procéder à un dépôt de plainte.

Bien décidé à mettre la main sur le ou les malfrats à l’origine de votre quasi crise cardiaque, vous vous dirigez d’un pas leste vers la caserne de gendarmerie ou le poste de police nationale le plus proche de votre domicile.

Après une heure passée dans la file d’attente, vous apprenez par stupeur que votre plainte ne sera tout simplement pas relevée.

 

Cet article du journal Le Figaro confirme que ces pratiques, introduites en 2011 (et connues par Internet Bodyguard de sources policières) pour endiguer l’essor des plaintes déposées pour arnaque sur Internet, sont toujours d’actualité.

Florence se souviendra de son passage au commissariat du VIIIe arrondissement de Paris. Le 3 juin dernier, après s’être fait prélever frauduleusement 8.000 euros par des pirates d’Internet qui avaient volé son numéro de carte bancaire, elle s’est vue refuser son dépôt de plainte par l’officier de police. Réponse du commissariat, selon elle: «Le procureur de la République de Paris a donné des consignes pour ne plus faire de procès-verbaux sur ces faits tant ils englueraient les services d’enquête».

Vous êtes victime d’une arnaque importante ? Comment réagir alors si la police ou la gendarmerie refuse de prendre votre plainte ?

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre avocat ou à faire appel aux services d’Internet Bodyguard !

Nous constituerons pour vous un dossier technique qui viendra en appui d’un dépôt de plainte adressé directement au procureur de la République afin de maximiser les chances que le dossier soit instruit.

Victime ou témoin d’une arnaque sur Internet ?